Immersion dans les parcs de Lobéké et Dzanga-Sangha

Ce circuit est conçu pour les amoureux de la nature et de la faune, dans la forêt tropicale africaine. Vous sejournerez dans deux parcs nationaux,  faisant partie de la Tri-National de la Sangha, classée au patrimoine mondial et finalement dans deux pays, le Cameroun et la République Centrafricaine. Il s’agit du Parc National de Lobéké et celui de Dzanga-Sangha. Au déla de la riche flore et faune, vous rencontrerez les Ba’Aka, peuples autochtones qui ont et sont toujours les gardiens de ce sanctuaire unique en plein Bassin du Congo.

Ce circuit, de 13 jours, sera votre immersion totale, dans des aires protégées les plus représentatives du bassin du Congo. C’est aussi  un contact direct que vous aurez avec les grands mammifères comme les éléphants de forêt, les buffles,  les gorilles et les bongos (antilopes forestières). Depuis un mirador, construit au bord d’une saline, vous aurez la chance d’observer le comportement social de troupeaux d’éléphants, pendant qu’ils  se nourrissent d’un sol riche en minéraux.

Dans la section de Bai Hokou, vous rencontrerez Makoma, une famille de gorilles des plaines occidentales habitués à la présence humaine.  Vous serez  autorisés à rester dans leur voisinage immédiat pendant une heure. Vous rencontrerez d’autes groupes de gorilles des plaines occidentales habitués.

Votre séjour sera également une immersion culturelle chez les Ba’Aka riverains de ces deux parcs. Vous aurez l’occasion  de découvrir leur mode de vie et les secrets de la forêt tropicale. N’hésitez pas à vous joindre dans  leurs activités quotidiennes, un véritable apprentissage, comme la chasse au filet, la construction de cabanes, la pêche à l’hameçon. Ils pourront vous  introduire au monde et au secret des plantes médicinales. Vos soirées seront agrémentées par diverses sonorités musicales et danses traditionnelles.

Week-end safari à Zakouma

Cette offre est essentiellement destinée à vous touristes d’affaires qui séjournent à N’Djaména ou qui s’apprêtent à s’y rendre ! En effet, en voyage d’affaires à N’Djaména, profitez de votre séjour au Tchad et offrez-vous une belle détente. Allez-y à la  découverte  du Parc National de Zakouma. Deux heures de vol en avion, à partir de N’Djaména, vous relient à ce parc.

Ce séjour de 3 jours est une immersion complète dans le Parc National de Zakouma, l’une des 25 destinations, les plus belles du monde, conseillées à visiter par le  magaszine Time.  Vous aurez 3 jours de safari, de randonnées pédestres, de nuits à la belle étoile, diner en brousse. Un week-end qui sera inoubliable pour vous lorsque vous observerez les big five dans leur milieu naturel, la mythique savane africaine, pour les amoureux de la nature ! L’une des populations  plus importantes d’éléphants y vit là.  A travers ce voyage vous contribuerez à la préservation d’un patrimoine : Le Parc de Zakouma. 

Le mont de Lam, pays des Boum

Quand on parle des Boum, deux images s’imposent naturellement. D’un côté, les monts de Lam se dressent, uniques et majestueux, dans le sud du Tchad. De l’autre, la danse boum, dévoilée au monde lors du premier Festival mondial des arts nègres de Dakar en 1966, captive l’attention. À l’époque coloniale, les autorités ont construit un campement touristique au sommet de cette montagne, transformant ainsi le lieu en une destination de villégiature prisée. Concernant les mystérieuses grottes des monts, elles ne se dévoilent qu’à ceux qui réalisent des sacrifices. Par ailleurs, la danse boum, autrefois presque oubliée, revit aujourd’hui grâce aux efforts de l’association Monts de Lam. Cette organisation a relancé l’intérêt pour cette danse en organisant un festival annuel depuis quelques années. Pour couronner le tout, visiter cette région offre l’occasion unique de randonner dans un paysage naturel époustouflant et de découvrir une autre partie du Tchad.

Immersion dans le Parc National de Zakouma

Ce séjour de 7 jours est une immersion complète dans le Parc National de Zakouma. A partir de N’Djaména, vous aurez deux heures de vols en avion pour  relier Zakouma. Votre programme de séjour s’articule autour de 5 jours de safari, de randonnées pédestres, de nuits à la belle étoile, diners en brousse. Vous observerez et cotoyerez la faune sauvage (éléphants, rhinocéros, lion, buffles, girafes) ou bien des milliers d’oiseaux, dans l’une des aires protégées la mieux protégée du monde. Votre safari sera complété par une dimension culturelle, à travers la visite d’un village à la périphérie du parc. Visite qui se veut  une rencontre avec les populations locales, nomades et sédentaires. Vous vivrez l’ambiance et les couleurs des marchés africains. En définitive, vous partirez de Zakouma avec le sentiment d’avoir contribuer, par votre séjour, à la préservation d’un patrimoine : Le Parc de Zakouma.

La terre des lacs et ses hommes

Ce circuit s’effectue le long du fleuve Mayo-Kebbi, dont les eaux, en se déversant dans des plaines, sont à l’origine des nombreux lacs qui caractérisent la région Sud-Ouest du Tchad. Une partie des eaux de ce fleuve se jettent plus loin dans la Benoué au Cameroun. Une région qui alterne une diversité de paysages, plaines inondables, boisées et collines traversées par des canyons. Des initiatives locales les de préservations de ces divers environnements ont permis la création d’un Parc National, le Zha-Soo. En effet, les hommes qui habitent cette région ont puisé leur engagement dans la préservation de leur milieu, d’une culture encore vivante, à travers des nombreux rituels et célébrations traditionnelles. Le voyage se veut une immersion dans les cultures de nombreux peuples qui habitent cette région et que traverse le circuit. Les Mousseys les Toupouri, les peuls et les Moundang.

Bédaya le nàn b’nan

Cette image vise à présenter une des danses dans les pays Sara, le Tô

Avec environ 9000 habitants, la ville de Bédaya est en fait une petite commune dont l’histoire est intimement liée à l’installation du premier Mbang qui s’imposa aux grands prêtres qui occupaient déjà le lieux, grâce aux pouvoirs mystiques qu’il détenait et à l’organisation des différents rituels de Ndo, l’initiation Sara. Robert Jaulin, dans « la mort sara », Jacques Fortier, dans « histoire des Sar » et « bédaya et ses rois », Jean pierre Magnant, « terre Sara, terre tchadienne » ont écrit sur les Sar, leur initiation, le Yondo, sur le pouvoir et l’autorité du Mbang de Bédaya. Une ville fondée vers le milieu du 19et siècle, centre spirituel qui organise, en début de chaque saison, le Nan b’nan, la fête de semaille dirigée par le Mbang.

Célébrée une fois par an à Bedaya, la fête des semailles ou le nan b’nan est, l’une des plus célèbres cérémonies de grandes réjouissances à Bedaya, autour du Mbang en présence de toute la cour royale.  Elle aussi  une occasion unique offerte au Mbang pour célébrer de son vivant son sacrifice et offrir en sacrifice les produits agricole de l’année écoulée. Cette fête lance  l’année agricole et le Mbang bénit les populations du terroir afin que les productions soient bonnes.

Au déla des festivités traditionnelles, le Nan b’nan est une occasion pour les différents dignitaires Sar de se concerter sur la gestion de la cité, les questions de gouvernance, les avis et recommandations religieuses, les orientations communautaires et toutes les affaires liées à la survie de Bedaya. Cette phase de la fête des semailles est placées sous l’autorité d’un dignitaire du mbang investi des larges pouvoirs de décision.  Ce conclave regroupe plus de deux cent chefs coutumiers, chefs des initiations, responsables des cultes et objets sacres, gardiens des traditions, chefs des services divers de protection des eaux, de la pêche, de la protection des arbres fruitiers, des espèces protégés, hauts dignitaires, de toutes les citées de la dépendance directe de Bedaya qui reçoivent  chacun  des orientations royales secrètes.

A la fin du conclave les objets sacrés de la royauté sont exposés au public par les gardiens de ces objets, la ronde autour de l’arbre du mbang et le son du grand tambour annoncent les réjouissances. Mais le mbang, dans ses beaux habits, prend publiquement la parole pour maudire tous ceux qui seraient tentés de porter atteinte à la vie d’un fils de bedaya, il invoque le nom des dieux et invite à sévir contre les ennemis de Bedaya. Les danses des filles des rois, les rituelles des Mouhou et la danse des jeunes de Ngangra donnent de la couleur à l’évènement.
La fête des semailles est une attribution exclusive du Mbang entouré de sa cour et de ses dignitaires. A chaque célébration le Mbang célèbre, de son vivant, d’une certaine manière; ses propres funérailles. En effet, lorsque le Mbang meurt, un nouveau est aussitôt désigné. Le défunt est enterré dans le secret, dans un cimétière réservé.